Escadrille de bombardement VB 110 Vezeli Aviation Guerre 14 18

 

Camion atelier aviation 1418

MS 23 Lecou

vb 101 retour ludwigshaffen 1915

vb 101 ludwigshafen

Terrain de Merval, escadrille C6 pilotes en discussion Caudron

M.S. 48 Abdon Adam

Naudin

AccueilDoctrinesPilotes et PersonnelsFormationAvionsEscadrillesBatailles
Faits d'armes Escadrilles 1 à 25 Escadrilles 26 à 50 Escadrilles 51 à 75 Escadrilles 76 à 100 Escadrilles 101 à 125 Escadrilles 126 à 150 Escadrilles 151 à 200 Escadrilles 201 à 225 Escadrilles 226 à 250 Escadrilles 251 à 275 Escadrilles 276 à 300 Camp retranché de Paris Bombardement Chasse Observation Parcs et Réserves SFA, STAé, Organisation Armées, Corps d'Armée
Missions spéciales
Table des matières:
Missions coordonnées du 23 septembre 1915
=>>

Missions coordonnées du 23 septembre 1915

Septembre 1915 bruit d'une rumeur de reprise de l'offensive et de la guerre de mouvement.

L'obtention de renseignements fiables est confiée à ces missions spéciales dans lesquelles un pilote dépose derrière les lignes ennemis un "missionnaire" chargé de recueillir des informations -qu'il transmettra par pigeon voyaguer, ou par TSF- ou de pratiquer des actions de destruction de voie ferrée, pont ou autre.

Une telle misison est prévue pour le 23 septembre en coordonnant des actions de divers points du front de Champagne. 12 équipages sont préparés pour emporter autant de missionnaires. Faits prisonniers et convaincus d'espionnage, ils risquent la peine de mort.

Quant au pilote, son problème principal est d'atterir et décoller sur un terrain sélectionné sur une carte mais dont il ne connaît finalement rien.

1) Escadrille MS 12

   Le Sergent Pierre Bodin (pilote) emmène l’ordonnance du capitaine Evrard. Il avait déjà accompli une mission spéciale le 20 avril 1915. Quoique l'escadrille soit équipée de Morane Parasol, Bodin avait déjà reçu un Nieuport 80 HP
Quellenec pilote 14 18

 
Jacques Quellenec (pilote) emporte  le capitaine Evrard. Il va chercher lui aussi un Nieuport 80 HP au Bourget où il reste deux jours à s'entrainer, les réglages définitifs de l'avion devant être faits en escadrille.

Munis d'un ordre de mission trompeur en cas où la mission tourne mal, ils doivent déposer leurs passager à plus de 150 km de là vers Givet-Fumay.

 2) Escadrille MS 37

Louis de Beauchamp  sur un Nieuport décolle de l'Isle-en-Barrois en même temps que Paolacci sur son Morane. Il emmène le caporal Charles Grandjean, mitrailleur dans son escadrille. Il dépose son missionnaire et rentre sans encombre.

Noël Paolacci emmène le sergent Pierre. Il ne peut repartir, incendie son avion et est fait prisonnier. Il réussit à s’évader. Pierre sera arrêté et fusillé pour espionnage.

Grandjean ne pourra effectuer sa mission et rentrera en France en passant par la Hollande et l'Angleterre.

Il obtint alors l'autorisation de commencer sa formation de pilote. Titulaire du brevet, il sera affecté à l'escadrille F 25.

3) Escadrille MS 23
 
Départ de Bobba avec un capt pour 140 km à vol d'oiseau Edward Pulpe et André Bobba partent au milieu de la journée emmenannt respectivement XXX et YYY. Après avoir déposé leurs passagers, le retour fut plus difficile. Pulpe ayant eu un accident, Bobba le ramena à bord de son appareil.
23 septembre 1915 Départ de Bobba avec un capt pour 140 km à vol d'oiseau (Belgique). Le passager fut déposé. Bobba était déjà reparti quand il vit Pulpe toujours à terre, il atterrit de nouveau pour le  prendre après avoir mis le feu à l'autre appareil. Mission de la plus grande importance.

Durée totale 2h40. Sont présents: Léna, Cosner, Rinci et Bobba.

4) Escadrille MS 38

J. Bach
 James Bach et Georges Mangeot sont chargés de mener à bon port deux douaniers, Champeaux avec Bach, Duplan avec Mangeot pour faire sauter la voie ferrée Mèzières-Charleville-Hirson.
Bach redécolle après avoir déposé son missionnaire. Il s'aperçoit alors que Mangeot a capoté. Il réattérit pour prendre Mangeot dont l'appareil a été détruit à l'atterrissage. Son appareil capote alors dans cet ultime décollage. Ils sont faits prisonniers. S'évadent, sont repris et ne seront libérés qu'en décembre 1918
5) Escadrille MS 3

  Georges Guynemer note dans son carnet de vol: « 23 septembre 1915.- Mission spéciale, 3 heures, 3.000 mètres." Cette mission sera marquée par une citation le 30 septembre: "A fait preuve de vaillance, d'énergie et de sang-froid en accomplissant comme volontaire une mission spéciale importante et difficile par un temps d'orage."
  Jules Védrines ()

6) Escadrille C 4
 
Maurice Billard
 XXX

"Mépris du danger", Commandant Evrard 1962 

=>>
Table des matières:
Missions coordonnées du 23 septembre 1915 Missions de l'escadrille 3 Missions de l'escadrille 6 Misions de l'escadrille 12 Missions de l'escadrille 23 Missions de l'escadrille 26 Missions de l'escadrille 53 Une mission d'Eugène Bertin et André Boyer Une mission de Lucien Emrich