Avion canon 1915 Voisin guerre 14 18 aviation  

Manoeuvres de l'Est de 1911 aviation

Place Forte de Belfort aviation 1912

Avion 3 clément ader

manoeuvres aviation joffre chomer pau

grandes manoeuvres de 1910

Paulhan betheny 1909

Terrains aviation

Chalais bleriot 1912

CONCOURS AVIATION MILITAIRE 1911 REIMS

pegoud guerre 14 18 aviation

Bréauet manoeuvres 1910

AccueilDoctrinesPilotes et PersonnelsFormationAvionsEscadrillesBatailles
Accueil Qui sont les As 19 victoires et plus 18 à 12 victoires 11 à 9 victoires 8 victoires 7 victoires 6 victoires 5 victoires Aperçu Chronologique Avant Guerre 1914 1915 1916 1917 1918 Mises à jour D'accord/Pas d'accord Contributeurs Souscription
L'offensive limitée au nord de Verdun. Juillet, août, septembre 1917.
Rubriques:
La Préparation
=>>
 

Bataille offensive de Verdun: offensive sur le front Louvemont, bois d'Avocourt; prise de la cote 344, de Samogneux, de la Côte de Talou, du Mort-Homme, de Forges, de Béthincourt, de la cote 304; puis organisation et défense des positions conquises.

L'offensive est prévue sur les deux rives de la Meuse, au nord de Verdun dont il s'agit de dessérer l'étreinte.

A cause des mauvaises conditions météorologiques l'attaque est reportée au 20.

Rive gauche les 13ème et 16ème Corps d'Armée ont pour objectifs principaux  le Mort-Homme et la Cote 304.

Rive droite, les 15ème et 32ème Corps d'Armée doivent s'emparer de la Cote 344 et de Beaumont.

Offensive verdun août 1917. Carte de départ

 

Sopwith de l'escadrille 13 au réglage de sa mitrailleuse
Sopwith de l'escadrille 13 au réglage de sa mitrailleuse. 
L
'escadrille C 13 est à Valdelaincourt depuis le 14 juillet.

Au service du 32ème Corps d'Armée l'escadrille 41 (Capitaine de Laitre) trouve à ses cotés les escadrilles 
C 13 (Capitaine Pecquet) , au service du 15ème Corps d'Armée qui attaque également sur la rive droite, mais aussi sur la rive gauche les escadrilles 
F 50 (Lieutenant Peramont) (16ème Corps d'Armée) et 
F 19 (Capitaine Mutel) (13ème Corps d'Armée).

L'escadrille 19 arrive à Julvécourt le 4 juillet.
L'escadrille 41 arrive à Lemmes le 6 juillet.
L'escadrille 13 arrive à Valdelaincourt le 14 juillet.
L'escadrille 50 arrive à Osches le 20 juillet. Auparavant elle était à Julvécourt.

L'escadrille F5 (Lieutenant de Peyronnet) arrive à Lemmes le 31 juillet 1917 en renfort de l'aéronautique du 32ème Corps d'Armée

Verdun 1917. Escadrille F 50
"Août 1917, Sopwith de l'Escadrille 50. A gauche le lieutenant observateur Pinard, à droite le lieutenant pilote Roget sans oublier le chien "Cadorna" .

"Les éléments aéronautiques du 13 ème Corps d'Armée étaient de 5 escadrilles et de 5 ballons.
La préparation d'artillerie commencée avec l'aide de l'aéronautique le 11 août pour la contre-batterie et le 13 août pour les tirs de destructions sur les organisations ennemies, quoique gênée plusieurs jours par le mauvais temps et contrebattue très violemment d'une façon constante par les tirs ennemis à obus toxiques, avait été très efficace." (JMO 13ème CA)

Aéronautique du 13e corps
F 19 (Capitaine Mutel)
L'escadrille AR 214  rejoint Osches le 10 juillet.
L'escadrille F 221 à Froidos le 12 juillet
L'escadrille AR 201 à Froidos ( adjudant Mathias)

  Aéronautique du 15e corps
F 13 (Capitaine Pecquet)
C 229 du 86è AL stationne à Lemmes (15è CA) le 9 juillet
AL 215 est à Lemmes pour le 15è CA
C 104 à Vadelaincourt le 12
C 202 Vadelaincourt
 Roget et Pinard, escadrille 50 devant un Sopwith
Escadrille F 50
 Artillerie attribuée au 16e corps
♦ 48 canons de tranchées; 248 pièces de 75;
♦ 116 canons de 155 court;
♦ 48 mortiers de 220;
♦ 54 canons longs de 95, 105 et 120;
♦ 84 canons longs de 155;
♦ 12 gros mortiers de 270 et 280.
Aéronautique du 16e corps
F 50 (Lieutenant Peramont)
L'escadrille Sop 204 du 3 au 20 juillet Julvecourt (artillerie lourde) puis va à Osches le 20juillet jusqu'au 3 septembre puis quitte pour l'Aisnes.
L'escadrille F 205 à Osches le 12 juillet.
L'escadrille C34 , ( Div Infanterie) Osches le 29 juillet (lieutenant Cornille) puis Souilly.

 Pour un front d’attaque de 4 km un total de 610 canons a été déployé, ou 1 canon par 7 mètres de front; en outre, 19 gros canons longs de calibres variant de 155 à 320, 2 mortiers de 370 et 2 obusiers de 400 pour défoncer les tunnels du Mort-Homme .L'A.L.G.P. comprenait quant à elle 104 pièces

Les escadrilles organiques des Corps d'Armée interviennent en coordination avec celles dépendant directement de la IIème Armée.

Aéronautique de la IIème Armée

Escadrilles de chasse: N 23 
Capitaine de Langle de Cary
(Capitaine de Langle de Cary)
scadrille N 23 reconquête de verdun, aviation 14 18

Escadrilles de chasse: N 92 (Capitaine Georges de Geyer), du 27 juillet au 28 août 1917 Camp d'aviation au sud de Beauzé sur Aire
du 28 août au 30 septembre Camp d'aviation au sud-ouest de Belrain
Escadrilles d'Artillerie Lourde à Grande Puissance (A.L.G.P. ) et d'Artillerie Lourde sur Voie Férrée (A.L.V.F.).
Escadrilles 210 (Capitaine Thébault. rive gauche) et 213 (Capitaine Guichard. rive droite)

Groupe de combat 15 Groupe de combat 13 Groupe de Bombardement 1
Escadrille 81
Capitaine Bailly
Cantonnement Beauzée-sur-Aire du
26 juillet au 19 septembre,
puis Villeneuve les Vertus jusqu'au 25 puis retour à Beauzée-sur-Aire.
Escadrille 93
Lieutenant Moreau, escadrille 93, aviation 14 18
Lieutenant Moreau
rattachée GC 15.
Beauzée-sur-Aire dès le 26 juillet.
Escadrille 37
Capitaine Feierstein
du 25 juillet  au 20 septembre Beauzée-sur-Aire.
 
Escadrille 112
Lieutenant Mérat
La Noblette juillet.
Beauzée-sur-Aire aout septembre.
Escadrille 85
???
Belrain.
Beauzée-sur-Aire. le 29 août rejoint le GC 15.
Escadrille 27
Capitaine d'Indy
juillet au 28 août Beauzée-sur-Aire.
Belrain jusqu'au 30 septembre.

Au Groupe de combat 15 a été adjoint le Groupe de combat 13 par décision du 5 août.
SPA 124 "Escadrille Lafayette", Capitaine Thenault. Escadrille Lafayette. Aviation 14 18
Capitaine Thenault
11/8/17-28/9/17 Senard en Argonne
N 67 : 
Capitauine Saint-Sauveur, escadrille N 67. aviation 14 18, Verdun juillet-août 1917
Capitaine de Saint-Sauveur 
N 84 : 
Capitaine Gastion, commandant escadrille N 84, aviation 14-18. verdun 1917
Capitaine Gastin
Senard en Argonne, jusqu'au 29/9/17
N 15 :  
Lieutenant Chevillon. Escadrille N 15. avition 14 18
Lieutenant Chevillion
Senard en Argonne
SPA 65: Capitaine Lamy
Senard en Argonne (13 au 26 septembre)

VB 110 : 
Lieutenant Henri Hurtrel. Escadrille VB 110. Aviation 14 18.
Lieutenant Hurtrel
Senard en Argonne (bombardement de nuit)

SOP 66: Lieutenant Célérier
Senard en Argonne (bombardement de jour)
SOP 111 : 
Lieutenant Brun. escadrille 111. aviation 14 18
Lieutenant Brun
Senard en Argonne (bombardement de jour)
 F 114 : 
Capitaine Mahieu
Capitaine Mahieu
Senard en Argonne,

Terrains d'aviation de la 2ème Armée rive gauche de la Meuse le 20 août 1917.
Carte Terrains d'aviation de la 2ème Armée rive gauche de la Meuse le 20 août 1917.
Etablie par le lieutenant Pinsard. (Remerciements à Guy François)

Missions photographiques de l'escadrille F 41

Du 6 au 16 juillet l'escadrille 41 va procéder à des photographies sur les principaux objectifs pour fournir des informations à la fois à l'infanterie pour la préparation de l'assaut et à l'artillerie pour juger de son efficacité.

Procédant à haute altitude, elle fournit des clichés remarqués en particulier parce qu'ils mettent en évidence le bon travail de l'artillerie et ainsi remontent le moral de l'infanterie.

Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18
Beaumont, 13 juillet

Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18-Bois de Beaumont
Bois de Beaumont, 13 juillet 

Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18, Beaumont, tranchée d'ORsowa
Beaumont, Tranchée Orsowa, 13 juillet 

 Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18-. Bois de Neuville
Bois de Neuville, 13 juillet

 Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18. Les Fosses
Les Fosses, 13 juillet

 Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18. Ravin de la Charbonnière
Ravin de la Charbonnière, 13 juillet

Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18. La Vawrille
La Vawrille, 13 juillet

 Bataille offensive de Verdun. Escadrille 41, 1917, aviation 14-18. Hamide
Ravin d'Hamide.13 juillet

 

*- 27 juillet, escadrille N 23
Adjudant Charles Bonneau pilote 1 victoire au sud de Cheppy sur le lieutenant Erich Limpert de la Jasta 21

Rochechouard-Mortemart Sous-lieutenant de Rochechouart. Combat zone de Verdun. Victoire non homologuée

*- Fin juillet: Arrivée de l'escadrille 210 à Julvecourt.
Disposant d'une dotation en appareil hétéroclite (Letord,Caudon R4, Sopwith, Nieuport) l'escadrille est transformée sur Breguet pour la préparation de cette offensive. Ce sont les premiers Breget XIV arrivant au front.
Départ pour Souilly le 9 août.

Caporal Emile Laborne, mitrailleur. Bléssé lors d'un combat

*- 8 août 1917: Arrivée des escadrilles 110 et 114 sur le terrain de Sénard
 L'Etat-Major du GB1 arrivera le lendemain

 *- 9 août 1917: Arrivée de l'escadrille 210 à Souilly

L'escadrille est équipée de 10 Breguet et 5 Letord avec TSF en émission/réception.
Elle doit servir l'A.L.G.P. de la rive gauche composée de:
1 batterie de 370 obusier (2 pièces)
1 batterie de 370 mortier (2 pièces)
1 batterie de 400 (2 pièces)
1 batterie de 160 (2 pièces)
1 batterie de 140 (1 pièce)
1 batterie de 140 (1 pièce)
1 groupe de 2 batteries de 190 (4 pièces)
1 groupe de 3 batteries de 240 (6 pièces)
1 groupe de 2 batteries de 320(8 pièces)
1 batterie de 350, glissement (2 pièces)
1 batterie de 305, berceau (1 pièce)
En principe les Letord qui ont un plus grand champ d'action (près de 4 heures de vol) sont affectés aux obusiers de 370 et mortiers de 370 et 400.
Les Breguet mettront à profit leur plafond élevé pour les tirs à longue distance des pièces de marine.

L'escadrille R 213, elle aussi escadrille d'A.L.G.P. ne sera transformée sur Bréguet qu'au début du mois de septembtre.

Les escadrilles 110 et 114 effectuent 5 vols de reconaissance de leur nouvelle région d'opération.

L'escadrille SPA 81 organise une patrouille Argonne Meuse de 2 heures. La patrouille attaque sous Vauquois un avion ennemi biplace qui pique dans les lignes. Il  Paraît touché

Une deuxième campagne de photographies est effectuée après les mauvais jours du 11 au 16 août qui empèchent le travail aéronautique non seulement de photographie, mais également de réglage d'artillerie et d'artillerie lourde.

Le travail intensif de l'artillerie commence le 13 août.

*- 13 août

Lieutenant Pinard, escadrille F 50, appareil Letord équipé d'un appareil photographiques grande focale. Bois des corbeaux Photographie panoramique du Mort-Homme et du Bois des Corbeaux au début de la préparation d'artillerie prise par le lieutenant Pinard de l'Escadrille 50 à 4000 mètres d'altitude.Les arrières allemands sont soumis au tir de l'A.L.G.P et la haute colonne de fumée indique la destruction d'un important dépôt de munitions tandis qu'à gauche de cette colonne, on distingue les détonations d'une salve entière d'obus de 270 mm.

Lieutenant Pinard, escadrille F 50, appareil Letord équipé d'un appareil photographiques grande focale
Le lieutenant-observateur Pinard pose devant son Letord équipé d'un appareil de focale F: 1.20 m panoramique

Ce même jour  Etienne Chevillard, pilote, est bléssé sur son Dorand AR1  par des éclats d'obus de DCA.

Le lendemain à l'escadrille voisine F 13 le Caporal René Roussel, pilote et le sous-lieutenant Martin, observateur sont bléssés sur leur Caudron G4 dans un accident aérien.

*- Le 16 août, malgré le mauvais temps (pluie) un Sopwith de l'escadrille Sop 66 lance l'après-midi 6 obus de 120 (50 Kg) sur les baraquements près de Manre

L'escadrille N 65 reprend ses opérations aériennes le 16 août après-midi par une reconnaissance du secteur menée à 2 500 mètres d'altitude par six avions (Capitaine Lamy, Lieutenant Verdier -rentré de permission Le 14-, Maréchal des Logis Henriot, Sergent Schlax, Sergent Ragaz et Caporal Grillot) le long de la rive gauche de la Meuse jusqu'à la butte du Mort-Homme.

 *- Le 17, à 6h, le Sergent Schlax prend l'air pour un vol d'essai avec son avion affecté mais son thermomètre moteur casse presque immédiatement.
A 10h 20, trois Spad (Maréchal des Logis Henriot, Maréchal des Logis Paris et Sergent Schlax ) décollent pour une patrouille mais le Maréchal des Logis Paris fait demi-tour au bout d'une demi-heure en raison de ratés de moteur.
Au dessus de Montfaucon, à 12h, les deux autres appareils attaquent un biplace ennemi mais le Maréchal des Logis Henriot est victime d'un enrayage après 10 coups. Le Sergent Schlax tire une vingtaine de coups, sans résultat. Ils rentrent au terrain à 12h 40.
Pendant ce temps, le jeune Buckley a effectué un vol d'entraînement sur le S1242, régulièrement affecté au dernier pilote arrivé.

Le Capitaine Lamy et le Maréchal des Logis Paris décollent à 15h 20 pour une patrouille basse sur le secteur et ne voient que de loin quelques avions ennemis.
Ils se posent à 17h 15.
Une demi-heure plus tard, le Capitaine Lamy décolle de nouveau, avec le Lieutenant Verdier, le Maréchal des Logis Henriot, le Sergent Ragaz et le Caporal Grillot pour une autre patrouille haute (Altitude 4 500 mètres) sur la rive droite de la Meuse. Au tir d'essai de fonctionnement, la mitrailleuse du Sergent Ragaz s'enraye et il ne parviendra pas à la désenrayer pendant toute la patrouille. Au dessus d'Azannes, à 18h 15, deux monoplaces ennemis volant à 3 000 mètres sont repérés ; ils font aussitôt demi-tour vers leurs lignes mais se ravisent et reviennent pour attaquer un Spad isolé. Au dessus de Gremilly, la patrouille pique sur les Allemands mais seul le Maréchal des Logis Henriot parvient à tirer une cinquantaine de coups sur l'un d'eux, sans résultat, et ils rompent le combat.
Au passage au dessus de la forêt de Hesse, la DCA tire sur la patrouille qui remonte à 4 500 mètres puis des avions ennemis sont vus plus bas et d'assez loin au dessus de Malancourt.
Les quatre Spad se posent à 20h à Sénard.

Patrouille de 9h à 11h de l'escadruille SPA 15
Monthois - Grandpré- Saint Juvien - Verdun.
Lieutenant Chevillon, adjudant Hanote, Sergent Thévenin, caporal Artigau.
Protection de bombardement. Nombreux avions boches à toutes altitudes par groupe de 2 ou 3. Quelques biplaces restent seuls et s'avancent loin chez nous.

Et le 18, l'escadrille 19 perd son commandant en la personne de Jean Mutel ainsi que le lieutenant Liaudet qui ne fut que bléssé . Se déplaçant pour faire rapport des activités de la journée, leur voiture fut atteinte d'un obus lors d'un stationnement dans une région près du front.

 Missions photographiques de l'escadrille 41 du 17 au 19 août.

 Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. La Côte.
La Cote. 17 août
 Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. Les Fosses
Les Fosses. 17 août
Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. Le Chaume
Le Chaume. 17 août 
 Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. Vacherauville
Ravin de Vacherauville. 17 août
Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. Louvemont
Louvemont. 17 août
 Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. Chevalet
Tranchée du Chevalet. 17 août
 Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. Wavrille
Wavrille. 17 août
 Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. Vacherauville
Vacherauville. 19 août
Escadrille 41. Bataille offensive de Verdun. Aout 1917. 4 Chemins
4 Chemins. 19 août

 

*- Le 17 août l'aviation allemande bombarde les terrains d'aviation de Vadelaincourt et Lemmes provoquant des incendies des hangars Bessonneau.

terrains d'aviation de Vadelaincourt et Lemmes

Ce même jour l'escadrille 210 effectue 20 réglages ou contrôles de tir, l'observation des tirs de destruction ayant duré de 3 à 4 heures.

Au cours de 2 patrouilles l'escadrille Lafayette soutient plusieurs combats sans résultats: Willis (1 combat) et Lufbery et Lovell 6 combats.

Escadrille 66. Dans la journée du 17, 14 avions Soptwith biplaces bombardent les gares de Saint-Juvin, le Grandpré, de Fleville, les cantonnements de Somme-Py. 54 obus de 120 (540 kg) et 500 cartouches sont lancés et tirées.
La gare de Saint Juvin a été atteinte.
L'aviation ennemie est très active dans le secteur de Verdun. 8 combats ont été livrés sans résultat apparent.
De 18 heures à 19h. 30 5 avions Sopwith biplaces vont bombarder la gare de Challeranges. Ils lancent 20 obus de 120 et tirent 50 cartouches sur un avion ennemi. L'objectif est atteint. Nos avions sont violement canonnés sur tout le parcours.

*- 17, 18, 19 août: Missisons photographiques de l'escadrille 210.
Première mission: Spincourt, Longuyon
Deuxième mission:
Avaucourt, Montfaucon, BuzancY, Sedan, Mouzon, Stenay
Troisième mission: Baslieux, Audun-le-Rmn, Tucquegnieux.
Raids de 100 et 200 kilomètres dans les lignes ennemies permis par les qualités du Breguet aménagé pour la photographie (lieutenant Fabry du service photographique de l'Armée, pilotes Masson et Bazin).

Appareils photographiques de diifférentes focales

*- Dans la nuit du 17 au 18, 12 avions Voisin-Peugeot vont bombarder les gares de Saint-Junin, Dun sur Meuse et les bivouacs de la forêt de Spincourt.
116 obus de 120, 24 obus de 155 et 200 cartouches ont été lancés et tirées. (1'760 kg)
1 avion a capoté au départ.
Les passagers commandant Chabert, pilote et capitaine Bruyère, observateur sont blessés.
1 appareil, maréchal des logis Genty, pilote et lieutenant Mimaud-Grandchamp observateur n'est pas rentré (escadrille VB 114).
La gare de Saint-Juvin a été atteinte.

*- Le 18 août 

Le matin du 18 août, le GC 13 fournit une patrouille de protection étoffée pour le bombardement de la gare de Dun-sur-Meuse par 13 Sopwith du GB 1.
Huit avions de la N 65 (Capitaine Lamy, Lieutenant Verdier, Maréchal des Logis Henriot, Maréchal des Logis Paris, Sergent Ragaz, Sergent Le Boucher, Sergent Buckley et Caporal Grillot) décollent à 7h 20.
A l'aller, volant à 4 200 mètres, la patrouille est surprise par un groupe d'Albatros qui attaque par en-dessus. Le Maréchal des Logis Henriot est serré de près par un Allemand mais il est dégagé par le Sergent Ragaz. Conjointement avec un Spad de la N 124, le Maréchal des Logis Paris attaque à trois reprises et, se trouvant en bonne position derrière un Albatros, tire une longue rafale (150 cartouches) sur l'avion qui plonge et s'abat en flammes à côté de Cierges. A court de munitions, le Maréchal des Logis Paris rentre seul à Sénard où il se pose à 8 h 30.
Il n'y a pas d'autre combat pour le reste de la patrouille jusqu'au retour au terrain autour de 9h.
La victoire du Maréchal des Logis Paris lui est homologuée. C'est sa 3ème victoire et la 69ème victoire de l'escadrille.

Les 13 avions Sop biplaces escortés de 16 Spad qui sont allés bombarder le gare de Dun sur Meuse et les dépôts de munition de Bantheville et les bivouacs de Sommerange, ont lancé 56 obus de 120.

1 équipage, pilote sous-lieutenant Aignan, mitrailleur caporal Boudon (escadrille 111) n'est pas rentré. Il a été vu piquant fortement dans les lignes ennemis au cours d'un combat.

1 équipage de l'escadrille 124 (Spad) pilote Willis n'est pas rentré. Ayant du atterrir en territoire allemand il a été fait prisonnier. Il est déclaré mort au combat par erreur.

6 combats ont été livrés au cours desquels 2 Spad ont abattu un avion ennemi dans la région de Cierges.
Maréchal des logis Paris (N 65) et sergent Lovell (escadrille Lafayette) abattent un albatros au-dessus de Cierges

Plusieurs de nos appareils sont atteints par des balles.
Très grande activité de l'aviation ennemie.

Orde général N° 889 du 10 septembre 1917
"Le Général Commandant la 2ème Armée cite à l'ordre de l'Armée:
Willis Harold Buckley, sergent pilote à l'escadrille N. 124 (G C 13): (Mort au combat)
Citoyen américain engagé au service de la France. Véritable modèle pour ses camarades d'escadrille par son courage et sa haute conception du devoir.
A fourni par des reconnaissances de nombreux et utiles renseignements.
Est tombé le 18 août au cours d'un combat contre deux avions ennemis qui venaient attaquer des avions de bombardement qu'il escortait."

  • 3  combats de l'escadrille Lafayette lors de patrouille: Lufbery et Bigelow (sans résulat) et Lovell - avion abattu dans la région de Montfaucon

 Orde général N° 889 du 10 septembre 1917
Le Général Commandant la 2ème Armée cite à l'ordre de l'Armée:
LOVELL walter, sergent pilote à l'escadrille N 124 (G C 13) (avion abattu)
Citoyen américain engagé au service de la France. Excellent pilote de chasse, plein de sang-froid et de courage. Au cours d'une protection de bombardement a abattu le 18 août un avion ennemi qui s'est écrasé en flammes
.

Règlage d'ALVF, escadrille 210, Verdun 1917

Règlages d'ALVF (Artillerie Lourde sur Voie ferrée) du 18 août sur le tunnel du Kronprinz par l'escadrille 210.
Repéré par la très grande quantité de déblais, l'entrée du tunnel du Kronprinz va faire l'objet de bombardements dans les jours précédant l'attaque.
Confié à la batterie Simonin, l'observation et le réglage du bombardement sera réalisé par le lieutenant Pierret ce 18 août.
Sur son Letord, il décolle tôt le matin, mais rencontre des problèmes de liaison TSF qui l'amènent à changer d'appareil après retour au terrain.
Aussitôt vu les draps blancs figurant le signal "compris", il file vers la batterie située dans la vallée de Vadelaincourt sur un raccordement de voie ferrée de Clermont à Verdun.
La communication est établie avec l'artilleur "radio". Il se dirige alors vers l'objectif. En position il envoie "tirez". L'observateur note le point de chute sur la photo aérienne qu'il a emportée. Retour vers l'artillerie. L'observateur envoie les signaux de correction.
Le capitaine donne alors les correctifs. Le signal "batterie prête" est envoyé à l'avion qui repart vers l'objectif pour l'observation du tir suivant.

 

Le Tunnel de Cumont dit "du Kronprinz" photographié par le Lieutenant Pinard, observateur de l'escadrille SOP 50, le 12 août 1917 à 2200 m d'altitude juste avant l'entrée en scène de l'Artillerie Lourde à Grande Puissance
Tunnel de Cumont dit du Kronprinz. verdun 1917

*- 19 août Aéronautique du 16ème Corps. 68 sorties, 14 destructions, 22 règlages, 2 contrôles de tir, 5 reconnaissances photographiques.

verdun 1917 19 août        

Maison Rouge
Maison Rouge
Escadrille Lafayette:
Lors d'une patrouille à 3'OOO mètres,  Jones, Bridgman et Bigelow engagent un combat contre 5 albatros et un biplace qui rentrent chez eux.

Maison Rouge
, Lowell et Parson attaquent également plusieurs avions allemands vers Cuisy au cours de trois combats qu'ils doivent rompre soit par enrayage de mitrailleuse soit par l'agressivité et le surnombre de leurs opposants.
Cazenove de Pradines escadrille N 81
Cazenove de Pradines
Cazenove de Pradines escadrille N 81, attaque un ballon au-dessus de Montfaucon avec un Spad équipé de fusées Le Prieur. L'attaque échoue à détruire le ballon. La mission sera recommencée le lendemain avec plus de succès, non plus avec les fusées Le Prieur, mais avec des balles explosives.

Dans la journée 11 Sopwith escortés de 16 Spad lancent 460 kg de bombes sur la gare et les  baraquements de Sivry sur Meuse.

*- 19 août escadrille F 50
En allant lancer des messages lestés aux divers P.C. sur l'avion G3 de l'escadrilleC 34, le sous-lieutenant Benoist, observateur, fait une chute près du bois de Burrhus. Il a l'humérus brisé et est transporté à l'hôpial de Vadelaincourt. Le pilote grièvement bléssé est transporté à l'hôpital des Clairs Chênes.

Escadrille N 65
Le 19 août, le Capitaine Vuillet décolle à 8h avec le Lieutenant Séjourné, le Sergent Ragaz et le Caporal Grillot pour une patrouille basse (1 500 mètres d'altitude) sur le front entre Eix et Vacherauville. Ils sont couverts par une patrouille haute (4 500 mètres) de quatre avions : Lieutenant Verdier, Maréchal des Logis Henriot, Maréchal des Logis Paris et Sergent Le Boucher qui, poussée par un fort vent de sud-ouest, survole le secteur de Spincourt et rentre par Etain. 
Sans contact avec l'aviation ennemie, ils rentrent entre 8h et 8h 15.
Dans l'après-midi, une nouvelle patrouille double décolle à 13h 20 pour la rive droite de la Meuse : patrouille basse (Capitaine Lamy, Capitaine Vuillet, Lieutenant Séjourné et Caporal Grillot) à 2 500 mètres et patrouille haute (Lieutenant Verdier, Maréchal des Logis Paris, Maréchal des Logis Henriot et Sergent Ragaz) à 4 500/5 000 mètres. 
Au tir de vérification, la mitrailleuse du Caporal Grillot s'enraye et il doit revenir au terrain pour faire désenrayer puis redécolle pour rejoindre sa patrouille. 
Il n'y a aucune activité aérienne ennemie sur le front entre Cumières et la crête des Eparges et les patrouilles rentrent à 15h 30. 
Un peu plus tard, à 16h 15, trois Spad prennent l'air (Capitaine Lamy, Lieutenant Verdier et Maréchal des Logis Henriot) pour une patrouille sur la zone Cumières-Avocourt. 
A 17h, le Maréchal des Logis Henriot attaque un biplace au dessus du bois des Caures mais sa mitrailleuse s'enraye à la sixième cartouche. Ayant désenrayé manuellement, il pique à 17h 15 avec le Lieutenant Verdier sur deux biplaces au nord-est de Consenvoye mais il s'enraye de nouveau à la deuxième cartouche tandis que le Lieutenant Verdier perd le contact visuel avec le sien. 
La patrouille rentre au terrain à 18h 30.

=>>
Rubriques:
La Préparation L'Attaque Références