Avion canon 1915 Voisin guerre 14 18 aviation  

Manoeuvres de l'Est de 1911 aviation

Place Forte de Belfort aviation 1912

Avion 3 clément ader

manoeuvres aviation joffre chomer pau

grandes manoeuvres de 1910

Paulhan betheny 1909

Terrains aviation

Chalais bleriot 1912

CONCOURS AVIATION MILITAIRE 1911 REIMS

pegoud guerre 14 18 aviation

Bréauet manoeuvres 1910

AccueilDoctrinesPilotes et PersonnelsFormationAvionsEscadrillesBatailles
Accueil Qui sont les As 19 victoires et plus 18 à 12 victoires 11 à 9 victoires 8 victoires 7 victoires 6 victoires 5 victoires Aperçu Chronologique Avant Guerre 1914 1915 1916 1917 1918 Mises à jour D'accord/Pas d'accord Contributeurs Souscription
Le raid anglais sur Friedrichshaffen
Arrivée des avions anglais
 

Dans le plus grand secret les Anglais avaient convoyé à Belfort trois avions –des biplans Avro avec un moteur Rhône de 80 chevaux– avec l’accord du G.Q.G. français.

Ils attaquent le chantier de construction des Zeppelin à Friedrichshafen, soit un raid de 400 kilomètres en plus de quatre heures et demie, démontrant ainsi qu’il n’est pas nécessaire d’attendre les avions plus perfectionnés que chacun souhaite pour entreprendre des actions d’envergure.

" 21 novembre.
Il n'est bruit en ville que de l'atterissage de trois avions anglais arrivée la veille. Je vais aller aux nouvelles.

22 novembre.
Trois officiers anglais, MM Sipp, Babington et Briggs, montant de nouveaux biplans, ont en effet atterri avant-hier au champ de Mars, pour ne repartir qu'hier matin à 10h00 en direction du Rhin.
Quel était leur but? On l'apprit dans l'après midi, quand à deux heures l'un d'eux revint atterrir à son point de départ. Ils étaient aller survoler Friedrichschafen sur lequel, piquant jusqu'à 20 mètres, ils avaient lancé, chacun, plusieurs engins explosifs. Leur tâche accomplie, ils avaient repris la direction de Belfort, que deux ne purent atteindre.
L'un, M. Babington, avait poussé jusqu'à Villersexel, l'autre M. Briggs, blessé, avait été obligé de se poser en territoire allemand et fait prisonnier.
A cause de la fumée, MM. Sipp et Babington ont dit n'avoir pu se rendre compte des dégats causés par leurs engins, mais étant donnés les explosions qui ont suivi, ils avaient du être considérables.
Le Général Joffre informé leur a conféré aussitôt la croix de la Légion d'Honneur en chargeant le Général Thévenet de la leur remettre.
Ce qui a eu lieu ce matin dans le hangard du champ de Mars, en présence de l'Etat-Major du Gouverneur, d'une section d'aérostiers, de deux sections du 9e régiment d'artillerie à pied avec son drapeau et ses trompettes, ainsi que d'un détachement des 171e et 172e régiments d'infanterie.
De son coté, le Général Gouverneur a cité les trois aviateurs à l'ordre du jour (ordre N° 46.) "
Ephémérides belfortaines de la guerre 1914 - 1918 par Louis HERBELIN.

Retour de l'avion de Sippe

 La Guerre aérienne illustrée, N° 7 "Les bombardements à longue portée"

26 novembre.
"....... L'atterrissage de l'officier anglais Babington, à Villersexel a été dans cette ancienne petite ville de prime abord, l'objet d'une certaine méfiance de la part de la population, puis quand on eut connu par coup de téléphone de Belfort, la réalité des explications qu'il donnait en assez bon Français, ce fut à son égard une manifestation d'enthousiasme indescriptible, surtout quand une automobile vint de Belfort le chercher.
D'après un journal de Rome le " Corriere della Sera ", l'un des projectiles lancés par les aviateurs anglais sur Friedrichschafen, était tombé sur un hangar abritant des instruments de mécanique et l'avait complètement détruit.
Une dépêche de Bâle au " Daily Chronicle" dit aussi que quand l'aviateur Briggs fut fait prisonnier, un officier allemand l'avait frappé au visage de sa cravache. ..."