Avion canon 1915 Voisin guerre 14 18 aviation  

Manoeuvres de l'Est de 1911 aviation

Place Forte de Belfort aviation 1912

Avion 3 clément ader

manoeuvres aviation joffre chomer pau

grandes manoeuvres de 1910

Paulhan betheny 1909

Terrains aviation

Chalais bleriot 1912

CONCOURS AVIATION MILITAIRE 1911 REIMS

pegoud guerre 14 18 aviation

Bréauet manoeuvres 1910

AccueilDoctrinesPilotes et PersonnelsFormationAvionsEscadrillesBatailles
Accueil Qui sont les As 19 victoires et plus 18 à 12 victoires 11 à 9 victoires 8 victoires 7 victoires 6 victoires 5 victoires Aperçu Chronologique Avant Guerre 1914 1915 1916 1917 1918 Mises à jour D'accord/Pas d'accord Contributeurs Souscription
Vue générale
Vue générale
 

"Dès le début de 1915, l'aviation prend part aux batailles qui se livrent en Champagne autour de Perthes-Ies-Hurlus, à Verdun pour la possession des Éparges, en Artois pour la conquête des crêtes de Vimy.
C'est au cours même de ces batailles que l'aviation des Corps d'Armée élabore ses méthodes d'action en liaison avec l'artillerie et l'infanterie.
Tout était à créer dans ce domaine: les procédés d'observation des tirs, la prise des photographies, la liaison d'infanterie, l'organisation d'un service de renseignements spécial... Ce furent les jeunes officiers d'artillerie accourus dans l'aviation, nouvel observatoire indispensable à leurs batteries, qui mirent sur pied cette tâche délicate: le capitaine Morisson et le lieutenant Molinié en Champagne, les lieutenants Baulier et de Gibergues à Verdun, le capitaine de Miribel, les  lieutenants Routy, Fageol, Watteau, Balleyguier, Ayral, en Artois.
Leurs essais permettent d'établir, en août 1915, le premier règlement sur l'observation aérienne qui, en fixant à tous les exécutants, aviateurs et artilleurs, les règles communes à. suivre, devait amener l'utilisation souple et simultanée de grandes quantités d'avions dans la bataille.
C'est également dans ces batailles que l'aviation de bombardement intervient pour la première fois d'une façon méthodique avec des unités spécialisées. Nos quatre premières escadrilles de bombardement (type Voisin) ont été réunies sous les ordres du commandant de Goys en un groupe composé avec des éléments d'élite: le capitaine Challe, un des pilotes. les plus éblouissants de l'aviation par son adresse, son ardeur, son ascendant personnel; le lieutenant Féquant, calme et intrépide; le lieutenant de vaisseau de Laborde, digne de ses camarades de Dixmude; les lieutenants de la MorIais, Mouchard, Coutisson, Do-Hu, Patridge; les pilotes Marc Bonnier, Bunau- Varilla... Il faudrait citer tous les pilotes du groupe 1.

---

L'aviation de 1915 venait de donner une belle mesure de sa vitalité; mais son matériel, à peine vieux de six mois, se trouve cependant déjà démodé avant la fin de l'année

D'après 
LA GRANDE GUERRE
1914 - 1918
VÉCUE - RACONTÉE - ILLUSTRÉE
PAR LES COMBATTANTS

Avion Voisin abattu 1915