Avion canon 1915 Voisin guerre 14 18 aviation  

Manoeuvres de l'Est de 1911 aviation

Place Forte de Belfort aviation 1912

Avion 3 clément ader

manoeuvres aviation joffre chomer pau

grandes manoeuvres de 1910

Paulhan betheny 1909

Terrains aviation

Chalais bleriot 1912

CONCOURS AVIATION MILITAIRE 1911 REIMS

pegoud guerre 14 18 aviation

Bréauet manoeuvres 1910

AccueilDoctrinesPilotes et PersonnelsFormationAvionsEscadrillesBatailles
Accueil Qui sont les As 19 victoires et plus 18 à 12 victoires 11 à 9 victoires 8 victoires 7 victoires 6 victoires 5 victoires Aperçu Chronologique Avant Guerre 1914 1915 1916 1917 1918 Mises à jour D'accord/Pas d'accord Contributeurs Souscription
cliquez pour imprimer
Rubriques:
Parlons d'ailes...
=>>
<<=

 


Lecture Pour Tous mai 1916

"Parlons d'ailes: Appel à l'égalité
(Article de
Jacques Mortane, La guerre aérienne, 17 janvier 1918.)

Vraiment il est nécessaire, indispensable de modifier l'état de chose actuel. M. Georges Clémenceau qui a prouvé, enfin, que la justice n'est pas un vain mot tiendra sans aucun doute à rétablir l'égalité dans l'aviation.

Il s'agit des as.

Jusqu'à l'année dernière, était considéré comme as, le pilote qui avait abattu cinq boches. Son nom était révélé au communiqué et une saine émulation en résultait. Celui qui se voyait ainsi admis à la publicité officielle n'hésitait pas à tout tenter pour en être digne. S'il s'est glissé des exceptions, elles permettent de confirmer la règle et à la place qui leur est réservé dans le palmares que nous publions périodiquement elles ne doivent pas être dupes de l'opinions que l'on a d'elles.

Puis, tout à coup, il a été décidé que l'on ne parlerait plus des chasseurs tant qu'ils n'auraient pas dix pièces à leur actif. C'est ainsi que le premier janvier, on vous a, dans tous les journaux, cité comme nouveaux as deux vieilles connaissances de nos lecteurs: les sous-lieutenants Guérin et Hugues.

Pourquoi a-t-on changé les moeurs admises? A la suite de quelle mystérieuse intervention s'est -on permis de modifier une coutume qui avait fait beaucoup pour stimuler nos chasseurs? Je ne le sais pas. Il a été prétendu que c'était pour ne pas éveiller la jalousie des fantassins. Nos poilus sont plus tolérants, Dieu merci! Non seulement ils ne se plaignent pas de la publicité réservée aux aviateurs, mais ils se passionnent à la lecture de leurs exploit et du résultat de leur chasse.

..."

Jacques Mortane, La guerre aérienne, 17 janvier 1918.