Avion canon 1915 Voisin guerre 14 18 aviation  

Manoeuvres de l'Est de 1911 aviation

Place Forte de Belfort aviation 1912

Avion 3 clément ader

manoeuvres aviation joffre chomer pau

grandes manoeuvres de 1910

Paulhan betheny 1909

Terrains aviation

Chalais bleriot 1912

CONCOURS AVIATION MILITAIRE 1911 REIMS

pegoud guerre 14 18 aviation

Bréauet manoeuvres 1910

AccueilDoctrinesPilotes et PersonnelsFormationAvionsEscadrillesBatailles
Accueil Qui sont les As 19 victoires et plus 18 à 12 victoires 11 à 9 victoires 8 victoires 7 victoires 6 victoires 5 victoires Aperçu Chronologique Avant Guerre 1914 1915 1916 1917 1918 Mises à jour D'accord/Pas d'accord Contributeurs Souscription
La F60 jalonne l'infanterie dans la Somme
Rubriques:
13 juillet 1916
=>>
 

La F 60 jalonne l’Infanterie

35° C.A.La F60 jalonne l'infanterie 1916
Escadrille F60

Rapport sur la liaison d’infanterie

L’escadrille F.60 : a exécuté la liaison d’Infanterie du 1er au 4 juillet avec la 61° DIVISION.
 Du 4 au 10, avec la 53° DIVISION qui a relevé la précédente.

Avant les attaques, les 61° et 53° Divisions avaient exécuté avec l’Escadrille C. 10 quelques exercices de liaison.

L’escadrille F. 60 chargée de ce travail pour les opérations, a pû pendant les deux jours qui ont précédé l’Attaque entrer en liaison complète avec ces unités.
---------------- -
Une Division seulement était engagée. L’avion d’infanterie a assuré la permanence pendant les jours d’attaque.
Les jours suivants il faisait plusieurs vols de surveillance, spécialement destinés à prévenir les contre-attaques, et à signaler les batteries gênantes. De plus un avion était toujours prêt à partir, soit sur la demande téléphonique de la Division, soit sur la demande de la relève que l’avion de surveillance envoyait par T.S.F.

INFANTERIE
1° LIGNE AVANCEE. N’a pu  être déterminée par le signaux règlementaires, ceux-ci n’étant en général allumés ni à l’heure fixe, ni sur points fixés d’avance, ni sur demande de l’avion.
Cependant les fusées du nouveau modèle RUGGIERI, (fusées de 25) allumées spontanément ont toujours été vues, et leur demande transmises par T.S.F.
Ces fusées que les fantassins emploient plus volontiers que les Bengales, ont donné aux observateurs des renseignements précis sur les lignes avancées.
Cependant les renseignements les plus utiles et le dessin de la ligne ont dû être recherchés directement – sans aide des signaux – obligeant les avions à descendre quelquefois très bas.
2° P.C. – Les panneaux de P,C, ont été généralement bien placés. Mais les P.C. de Brigade et de Régiment, n’ont pas eu de communication à faire à l’avion.

AVION D’INFANTERIE
L’avion d’Infanterie portait comme signe caractéristique, une flamme à l’aile droite. Cette flamme était constituée par une manche en toile d’avion de 1m 50 de long, ouverte aux deux extrémités par deux cercles en corde à piano.
L’avion se tenait d’ailleurs entre 400 et 1000 mètres (conditions atmosphériques et difficultés d’observations) et a toujours été reconnu.
 
Au cours de l’emploi des fusées de 35, la fusée à 6 feux (où êtes-vous ?) n’a généralement pas reçu de réponse.
Cependant l’emplacement des troupes et des P.C. a toujours été bien déterminé.

TRANSMISSION DES RENSEIGNEMENTS DE L’AVION
1° PAR T.S.F. – Aux P.C. de Division et de C.A., -très bon fonctionnement- toutes communications prises.
2° PAR PROJECTEUR, Pas employé
3° PAR MESSAGES LESTES. – Il en a été fait un très large usage (P.C. de Division et de C.A .)
Le message comportait un morceau de plan directeur sur lequel l’observateur portait les fluctuations de la ligne, l’emplacement des P.C., et notait tous renseignements sur le tir de l’artillerie, les défenses ennemies et la liaison entre les diverses unités.

REMARQUES

Avant les diverses attaques, de la période du 1er au 10 juillet, l’état des destructions a été étudié. Par observations et croquis, et mieux par photographies (appareils de 50 et de 120) dont les épreuves étaient portées par messages lestés aux P.C. de C.A. et de D.I., 3 heures après avoir été prises.
Emploi de l’Aviation comme liaison entre deux unités engagées côte à côte.
N’était pas prévue par le règlement du 17 avril.
Il en a été fait des essais lors de l’attaque d’Estrées par la 53° division, alors que deux régiments voisins avaient entre eux un intervalle de plus de 500 mètres.
L’observateur a envoyé par message lesté aux P.C. des Régiments voisins le croquis de leur situation respective.
Le tir de l’artillerie sur colonne en marche et tentative de contre-attaque, ainsi que sur des ouvrages non suffisamment détruits a pu être obtenu, mais pas toujours contrôlé.

DESIDERATA

Les unités d’Infanterie qui ont eu à travailler avec le concours de l’avion, paraissent déterminées à faire un plus large emploi des signaux mis à leur disposition (Bengales, fusées).
Cependant la fusée à 1 feu serait à supprimer car l’ennemi en possède d’analogues qui rendent la distinction très difficile. Il en a été distribué le 1er juillet dans le boyau du Chancelier que la 53 éme division attaquait et n’a jamais atteint. Des fusées à 1 feu, blanches et de couleur, parties de ce boyau, ont déclenché un tir de barrage allemand.
Les panneaux à éclipse remplaceront avantageusement les projecteurs des divers P.C. à condition de s’en tenir aux quatre communications règlementaires.
Le projecteur se lit toujours mal.

OBSERVATEURS. – La liaison d’Infanterie exige des observateurs très entrainés, au courant de la situation tactique, prudents dans leurs appréciations et d’une grande maturité de jugement pour pouvoir renseigner le Commandement.

EN RESUME

L’emploi de l’aviation d’Infanterie a donné au Commandement des renseignements très appréciés.
Cependant le manque de signaux d’Infanterie a dû être compensé par une observation à très faible altitude (quelquefois 100 mètres)
Le tir de l’Infanterie n’a heureusement atteint que le matériel et a causé de ce fait l’indisponibilité de plusieurs avions.
Une Infanterie envoyant plus de signaux permettrait à l’avion de se tenir à l’altitude fixée par l’instruction et de procurer des résultats au moins égaux.

Le 13 juillet 1916

Le Capitaine MARC, Commandant l’Escadrille.

(Documents SHD)

=>>
Rubriques:
13 juillet 1916 Signaux pour l'aviation