VEDRINES ABAT UN TAUBEvedrines borelpegoudGeorges Guynemer aviation 1914 1918 Henri Labouchere 1914 1915 aviationvedrinesbourjadedecourviere pilte 141 8 esc vb 101chapolard pilote 14 18 VB 133Quennehem guerre 14 18 aviation eascadrille 133 guerre 1914 1918lacrouze aviation vb 101 retour ludwigshaffen 1915Bielovucic

AccueilDoctrinesPilotes et PersonnelsFormationAvionsEscadrillesBatailles
Tous les Personnels de l'Aéronautique de A à Z Effectif Pilotes "à la Une" A à E F à J K à Q R à Z Observateurs Mitrailleurs Mécaniciens Equipement
Base de données des personnels de l'aviation 14-18. (en constante évolution)
Recherche texte libre:
A
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
Y
Z

Alkan Robert
Né le: 11 juin 1891
Mort le: 16 juin 1957
Profession avant la mobilisation:
Passé à l'aviation le: 1913
Brevet militaire le:
Parcours: BLC; MS 12; STAE.
Affectations:
Mécanicien


 

Sergent Alkan avition 14 18 escadrille MS 12MS 12

 Issac Robert ALKAN, ingénieur aéronautique (1891 ~ 1957)
 
 
   Né le 11 juin 1891 à Paris (IIIe Arr.) et décédé le 16 juin 1957 à Paris (XVIIIe Arr.), étant alors domicilié à Paris (XIe Arr.), au 70, avenue de la République. Fils de Samuel ALKAN, voyageur de commerce, et de Caroline MARX, modiste, son épouse. Ingénieur de l’École d’électricité et de mécanique industrielles, dite « École Violet ».  
 
 
                                                                 ▪ Carrière militaire. 
  
   – Appelé (Oct. 1912). Affecté au 3e Groupe d’aviation, à Lyon.
 
   – Caporal (Juin 1913).
 
   – Sergent spécialisé cellules et moteurs (Nov. 1913).
 
   – En 1913 et 1914, chargé de cours sur la « technique de l’aviation » aux sociétés de préparation militaire de Lyon.  
 
   – Mobilisé en Août 1914 à l’Escadrille B.L.C., puis à l’Escadrille M.S. 12, ultérieurement devenue l’Escadrille N.12. Conçoit au sein de cette dernière le premier tir mécanique à travers l’hélice.
 
   – Adjudant (Févr. 1916).  
 
   – A la suite de ses travaux, affecté à la Section technique de l’aéronautique. Devient l’un des principaux collaborateurs du lieutenant de vaisseau Pierre Amédée Firmin CAYLA et l’un des animateurs de ladite section. Sont marqués de ses idées tous les matériels conçus à cette époque : dispositifs de synchronisation des mitrailleuses en usage dans les aviations française, américaine et italienne ; lance-bombes ; tourelles ...
 
   – Sous-lieutenant d’artillerie de réserve à titre temporaire et pour la durée de la guerre (Déc. min. 5 avr. 1917, J.O., 12 avr. 1917, p. 2.865). Par décision ministérielle en date du 23 mars 1918 (J.O., 26 mars 1918, p. 2.689), maintenu dans cet emploi « jusqu’à la mise au courant de militaires de classe anciennes, susceptibles de [le] remplacer, actuellement recherchés à l’intérieur et aux armées ».
 
   – En 1917, membre d’une mission d’étude de la Section technique de l’aéronautique envoyée en 1917 au Royaume-Uni (5 jours).
 
   – En 1917 – ou 1918 –, membre d’une mission d’étude de la Section technique de l’aéronautique envoyée en Italie (20 jours).
 
   – D’Août 1918 à Janvier 1919, membre de la Mission française de construction d’avions (Colonel ... LEPÈRE) envoyée aux États-Unis auprès du Technical Department.  
 
   – Sous-lieutenant d’artillerie de réserve à titre définitif (D. 11 août 1919, J.O., 20 août 1919, p. 8.910), demeurant détaché au Section technique de l’aéronautique. Affecté définitivement à cette section fin Septembre 1920 (Déc. min. 27 sept. 1920, J.O., 6 oct. 1920, p. 14.995).
   
   – De Janvier à Juin 1920, sous-lieutenant de réserve affecté à la Commission de contrôle interalliée en Allemagne (Colonel Jean Baptiste Émile DORAND).
 
   – En Juillet 1923, muté dans l’arme de l’aéronautique nouvellement créée avec le grade de lieutenant de réserve (J.O., 7 juill. 1923, p. 6.501 et 6.516), demeurant affecté au Service technique de l’aéronautique.
 
 
                                                                  ▪ Carrière civile. 
  
   – Jeune ingénieur, entre en 1909 à la plateforme d’essais de la Société alsacienne, puis à l’usine de la Société Schneider à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne).
 
   – Démobilisé, créé la Société Alkan & Sinay et la S.I.A.M.E. ; puis, à la demande du Service technique de l’aéronautique, créé la Société Alkan & Lessourd, qui deviendra, après la mort de ce dernier, la Société R. Alkan & Cie.
 
   Se spécialisera dans l’armement des avions, les appareils de bord et le pilotage automatique. Considéré par ses pairs comme le meilleur ingénieur aéronautique de sa génération.
 
 
                                                                      ▪ Distinctions. 
  
   – Chevalier (D. 14 févr. 1921, J.O., 16 févr. 1921, p. 2.022), officier (D. 7 févr. 1938, J.O., 7 févr. 1938, p. 1.565), puis commandeur (D. 7 févr. 1953, J.O., ... 1953) dans l’Ordre de la Légion d’honneur.
 
   – Médaille de bronze de l’Aéroclub d’Amérique.
 
   – Médaille de l’aéronautique (1946).
 
   – “Naval Ordnance Devlopment Award” (United States Navy, États-Unis).